Pour vous, ce soir, une citation de l’écrivain franco-marocain Tahar Ben Jelloun, qui a reçu le Goncourt en 1987 :

Écrire c’est d’abord écouter. Écrire c’est être le traducteur de l’invisible, ce mystère des âmes que seul le poète, le créateur est parfois capable de saisir et tant pis s’il se trompe ou exagère.

[…]

L’écrivain est témoin de son époque. Je ne cesse de le constater, mais cela dépend aussi de l’époque et du travail qu’entreprend l’écrivain. Témoigner ne suffit pas, du moins d’après ma conception du rôle de l’écrivain. Il faut aller au-delà et traduire avec audace ce qu’on ne voit pas. Le poète est celui qui voit la vérité alors que tout est fait pour qu’elle soit noyée dans le bruit, le brouillard et les apparences.

— Tahar Ben Jelloun,
extrait d’un discours prononcé pour l’ouverture officielle du Festival international de littérature de Berlin, le 7 septembre 2011.
Le discours complet est disponible sur le site Web de l’écrivain.

Catégorie:
Écrire c'est, Citations, La voie de l'écriture
Étiquettes :
, ,
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :