Différente

Ces jours-ci, le livre qui m’accompagne pendant mes trajets d’autobus
a pour titre Eat, Pray, Love. À peu près tout le monde semble avoir lu ce livre témoignage d’Elizabeth Gilbert, avoir l’intention de le lire ou avoir vu son adaptation cinématographique, dans laquelle Julia Roberts incarne Mme Gilbert.

À peine ai-je ouvert mon livre tout écorné et gondolé (parce que nous avons été surpris ensemble par la pluie à quelques reprises) que, immanquablement, une inconnue brise le mutisme bienséant pour solliciter mon opinion ou en offrir une.

On aime ou on déteste. Moi, j’ai du plaisir à le lire, ce livre. Mme Gilbert me tire tantôt rires tantôt larmes. On lui reproche son narcissisme, ses névroses? Elle est en bonne compagnie : après tout, il ne manque pas de narcissistes et de névroses sur ce continent!

Le livre est divisé en trois parties, correspondant chacune à un mot du titre et à un pays : l’Italie, l’Inde et l’Indonésie. Pendant son séjour italien, Mme Gilbert habite Rome, une ville dont l’identité tient en un mot découvre-t-elle : SEXE. Elle se met alors à chercher le mot décrivant le mieux sa personne.

Vous avez déjà tenté de vous décrire en un mot? C’est un exercice intéressant.

Mon mot, c’est DIFFÉRENTE. Il résume à lui seul mon apparence, mon vécu, mon style de vie…

Adolescente, je voulais à tout prix nier ma différence; je voulais être comme les autres! Aujourd’hui, j’assume ma différence et j’apprécie la liberté qu’elle me confère. Certes, être différente, vivre « dans la marge » n’est pas toujours facile. En contrepartie de ma liberté, j’ai souvent l’impression d’avancer sans guide et sans bâton sur des sentiers non balisés. Sur ces sentiers, pourtant, je retrouve la divine joie de créer et d’être tout simplement moi.

GILBERT, Elizabeth. Eat, Pray, Love, New York, Penguin Books, 2006
(en traduction : Mange, prie, aime, chez Calmann-Levy).

%d blogueurs aiment cette page :