Ce qu’Obama a appris dans les romans

[…] je pense que mes apprentissages les plus précieux me viennent des romans. Les romans m’ont appris l’empathie. Ils m’ont appris à accepter la complexité de ce monde; un monde rempli d’incertitudes — de zones grises — mais où la vérité se révèle quand même à celui ou celle qui se donne la peine de la chercher. Et il faut la chercher. Des romans j’ai aussi appris que je peux entrer en relation avec quelqu’un même quand cette personne est très différente de moi.

Tiré d’un entretien entre Barack Obama et la romancière Marilynne Robinson publié dans The New York Review of Books et cité sur le blogue On Fiction

%d blogueurs aiment cette page :