Après les invisibles…

Bureau janvier 2018

Le Devoir a récemment consacré une série d’articles aux bibliothèques personnelles d’hier, d’aujourd’hui et de demain. J’ai trouvé dans ces photographies quelque chose de très rassurant ou, plutôt, décomplexant. Le désordre de la bibliothèque de Gaston Miron et du bureau de Gérald Godin n’a rien à envier à celui de mon propre bureau.

Il y a quelques années, j’ai déniché dans une librairie un porte-documents où figurent les mots « Pas d’art sans désordre ». Je pense qu’un certain désordre est essentiel à la création. Le danger, c’est quand le désordre vous échappe et devient chaos : quand il vous fait perdre vos moyens, cause votre égarement ou fait écran à la beauté.

La beauté est importante, essentielle même, parce qu’elle a le pouvoir d’ouvrir notre cœur. Après les cris de colère qui ont fusé de toutes parts en 2017 et fait tomber plusieurs « dieux » de leur piédestal, nous avons bien besoin de beauté, il me semble. En effet, comme le dit si bien le poète et essayiste François Cheng :

La beauté nous transfigure, car elle nous sort de l’habitude, nous permet de revoir les choses qui nous entourent comme au matin du monde, comme pour la première fois. En sortant dans la rue, vous voyez cet arbre en fleur, et l’univers vous apparaît comme au matin du monde.

J’applaudis d’ailleurs la récente suggestion de Serge Bouchard de créer un ministère de la Beauté et de la Jarnigoine. Tous les gouvernements devraient avoir leur ministère de la Beauté et de la Jarnigoine, ne croyez-vous pas?

À quoi voulais-je en venir, au juste? Je ne suis plus pas certaine. Le début de la nouvelle année offre à chacune et chacun une occasion de regarder sa vie avec des yeux neufs, comme « au matin du monde ». Au-delà de la simple convention sociale, ce moment recèle un pouvoir réel à cause du sens que nous avons collectivement choisi d’y insuffler.

J’ai terminé mon précédent billet, « Les invisibles », en annonçant une suite. Au moment où j’ai entré les mots au clavier, sans doute m’est-elle apparue clairement, cette suite. Plus maintenant, et à l’issue de ma réflexion du Nouvel An, mes ambitions pour 2018 pourraient se résumer à cette phrase, griffonnée dans mon journal en 2015 :

Être rivière, et tout laisser couler.

Tout laisser couler, pour dépasser la colère. Laisser couler, sachant que le changement ne se construit pas en gueulant contre l’idiot qui interdit l’utilisation de certains mots dans les documents de son gouvernement; il vient du dedans.

La rivière, quand elle se transforme, change visiblement tout le paysage autour d’elle…

La porte

Les transitions sont des moments dangereux qui nous perchent au milieu de rien, désintégrés par la perte de l’instant fort auquel on s’était habitué et l’inexistence de celui qui suivra (manger? travailler? pleurer?). C’est sûrement dans les transitions que les dépressifs sombrent dans la dépression, les criminels dans le crime, et les artistes dignes de ce nom dans des illuminations qui bousculeront leur vie et celle des autres.

— Monique Proulx, Le cœur est un muscle involontaire.

Une grande fatigue s’est emparée de moi. Combien d’oncles, de cousines et d’amis larmoyants ai-je embrassés? Leur émotion ravivait chaque fois la mienne. Puis le défilé a pris fin. Je suis rentrée chez moi, où tout paraît normal en surface. Je ne pleure plus.

Lire la Suite

%d blogueurs aiment cette page :