Madame Frankeinstein

En faisant le ménage de mon bureau, je suis tombée sur un profil de Louise Penny*, romancière canadienne-anglaise qui écrit des polars se déroulant au Québec.  Voici comment Mme Penny décrit le travail d’écriture :

Un romancier est une sorte de Frankenstein. Comme lui, on fabrique des personnages avec des morceaux de vraies personnes qu’on rencontre dans la vie. Ou que l’on emprunte à l’histoire.

C’est effectivement par « emprunt » que je construis mes personnages.

* Georges-Hébert Germain, « La femme qui tue », L’Actualité, 11 novembre 2011.

%d blogueurs aiment cette page :