Humeurs typographiques

Image montrant un exemple d'utilisation du point médian avec l'adjectif «ontarien»

Je déteste le point médian, cet enquiquineur qui freine l’élan de mon regard fluide sur la page.

Les agglutinations de caractères qu’il engendre sont pollution visuelle plus vile que les mots-clics avec leur dièse ostentatoire. Soudain, je n’arrive plus à lire en diagonale. Les fragments de mots jettent du sable dans l’engrenage de mon cerveau. Donnez-moi des doublets, donnez-moi des mots épicènes, des tournures non genrées et des néologismes même. Oui, j’aime l’écriture égalitaire beaucoup, passionnément, à la folie! Mais nettoyez ma page de ces horribles points. Je ne sais plus comment déclamer le texte.

%d blogueurs aiment cette page :